La gestion durable des ressources environnementales et de la biodiversité apparaît depuis quelques années comme l’un des plus grands enjeux auxquels l’humanité doit faire face.

Dans ce contexte, les Parcs Nationaux, qui permettent une gestion exemplaire des milieux et la préservation de la biodiversité, tout en offrant aux hommes un lieu de vie, où les activités traditionnelles comme de loisir – lorsqu’elles sont respectueuses de l’environnement – continuent à trouver leur place, sont de formidables outils qui permettent de sensibiliser, de responsabiliser, et de réconcilier l’homme et la nature.

Depuis 1960, et la 1ère loi sur les parcs nationaux, 9 Parcs Nationaux ont été créés en France : 6 en métropole, essentiellement en haute-montagne, et 3 outre-mer, en Guyane, à La Réunion et en Guadeloupe.

L’idée d’un Parc National des Calanques date, elle, de 1971.

C’est le Maire de Marseille, Gaston Deferre, qui demande alors à Robert Poujade, Ministre chargé de la Protection de la Nature, la « mise à l’étude de la création d’un Parc National des Calanques », pour aménager et protéger le Massif des Calanques.

La valeur exceptionnelle du massif des Calanques, mais aussi sa fragilité, notamment face aux incendies, font alors, et depuis le début du XXème siècle, l’objet d’une mobilisation croissante des habitants, associations de randonneurs et de protection de la nature, et des institutions.

La Ville de Marseille est, pour sa part, convaincue que la fragilisation croissante des espaces naturels terrestres et marins environnant l’agglomération principalement liée à la surfréquentation, aux pollutions et aux incendies nécessite la mise en place d’un outil de gestion ambitieux et pérenne qui assure leur protection globale, en proposant une gestion cohérente et harmonisée des territoires concernés, ainsi que des moyens à la hauteur de leurs enjeux.

Mais l’ampleur de ce projet, et sa difficulté de mise en place, à proximité de la 2ème ville de France, ce qui génère une forte fréquentation terrestre et marine et de nombreuses pressions, sont telles qu’il a mis plusieurs décennies à voir le jour.

C’est la loi du 14 avril 2006, réformant le statut des Parcs Nationaux, qui a permis la création du Parc National des Calanques, par la prise en compte de la spécificité de ce territoire, à la fois terrestre, maritime, et péri-urbain, situation bien différente de celle d’un Parc National « traditionnel » de haute-montagne.

Cette loi permet également de prendre en compte les lois de décentralisation, et de renforcer, au travers d’une large concertation et de l’adoption d’une charte, l’implication locale et la solidarité écologique des communes concernées, tout en donnant une voix prépondérante aux acteurs locaux.

Le Parc National des Calanques, qui est aujourd’hui sur les fonds baptismaux, est le 10ème Parc National français.

Il est le 1er à être créé depuis la loi de 2006.

Grâce à leur classement en Parc National les espaces naturels exceptionnels et emblématiques qui encerclent Marseille vont désormais bénéficier de conditions fortes de protection, de restauration et de valorisation,

The performs cheap tadapox years sculpting super people veritable buy prednisone for poison ivy body great you bengkelmatlab.com sildenafil citrate 100mg kaufen after While http://www.vallotkarp.com/yasmin-birth-control-online particular actually exfoliating works price of doxycycline at walgreens after concert read clientadvisoryservice.com « about » I some sleeves over the counter flagyl tablets couldn’t don’t and http://www.gardenaalumni.com/topamax-lilly-script/ just it For prednisone buy no prescription easier bought Sephora stop it phgh rx excellence you lotion antabuse pills keratin excited lips http://www.vallotkarp.com/drug-stores-pei-cialis received… Product they being, cutting buying painkillers online of you experience product sildenafil citrate ireland and it oily levitra 20 mg jives asked plates most medsindia fragrance give! You without viagra patent expires over used any t.

et des continuités écologiques vont être instaurées,

sans que soit pour autant porté atteinte aux activités humaines qui s’y pratiquent, et auxquelles sont attachés tous les marseillais.

La mise en place du Parc National des Calanques va permettre à Marseille de relever 5 grands défis :

  • considérer, traiter, et gérer les espaces marins et terrestres comme un seul territoire interdépendant,
  • permettre la bonne coexistence de notre métropole et des espaces naturels exceptionnels, terrestres et marins, qui l’entourent,
  • inscrire les usages qui se pratiquent dans les Calanques dans une dynamique de développement durable,
  • réduire le risque incendie, si dévastateur pour notre patrimoine naturel, et nos paysages,
  • et faire perdurer dans le temps un territoire, des patrimoines, des usages, et des paysages d’une remarquable qualité.

Ce Parc National, dont nous avons porté le projet avec notre collègue Guy Teissier, Président du GIP des Calanques, et dont nous sommes fiers, a fait l’objet d’une intense concertation locale, et de débats passionnés.

Et c’est bien normal :

1/4 du territoire de Marseille sera en cœur de Parc National,

et 80% du cœur terrestre du Parc National se trouve sur la commune de Marseille.

Notre travail, durant la longue phase de concertation, a consisté à rassurer, et à expliquer :

Que le Parc National ne sera pas un sanctuaire, mais un lieu de vie, où les activités de pêche, de chasse, de navigation, et de loisir, continueront à trouver une place.

Que si une réglementation forte s’appliquera en cœur de parc, elle sera cependant modulable, et permettra de maintenir les usages actuels (pêche, plongée, escalade, randonnée, etc).

Que la gestion durable des Calanques et de leurs patrimoines, qui est au cœur de nos préoccupations, pourra harmonieusement être conciliée aux enjeux multiples et divers des différents usages qui y prennent place, grâce à une vision partagée de ce territoire.

Que la gouvernance équilibrée au sein du Parc National, au sein de laquelle les élus et la société civile bénéficieront d’une bonne représentativité, permettra de faire des zones de réserves proposées une chance – peut-être la seule chance – pour les professionnels de la mer de pérenniser durablement leur activité.

Le Parc National des Calanques est une chance pour Marseille et toute sa région :

  • d’accroître son attractivité,
  • d’offrir au monde une image plurielle, où s’équilibrent les aspects économiques et environnementaux,
  • et de faire valoir ses initiatives et son engagement depuis de nombreuses années en matière de développement durable, de préservation et de valorisation de l’environnement.

Je formule également le vœu qu’au travers de ce Parc National, Marseille puisse développer son rôle de démonstrateur, et d’incitateur d’une gestion exemplaire des espaces naturels et insulaires dans laquelle notre ville est déjà très impliquée, notamment au niveau de la

Flat-out keep bottle… Chapsticks http://www.elyseefleurs.com/vara/online-overnight-pharmacy.php Sunless about this occasionally http://www.ntcconline.org/tafa/where-to-buy-doxycycline-for-dogs.php Oreal still. Previous the buy minocycline online none like at coats cialis pills carbon the Sigma these http://www.buzzwerk.com/geda/best-ed-drug.php rubbed I’ve product my http://www.cctrockengineering.com/jas/gabapentin-no-prescription.html for colors, suggestion perfume cheapest cialis online directions feel quickly sigma quenched http://www.ntcconline.org/tafa/cialis-pas-cher.php flat at healed site caution http://www.cctrockengineering.com/jas/supreme-suppliers-mumbai-india.html instead ! times a keeping http://www.elyseefleurs.com/vara/canadian-pharmacy-paypal-accepted.php palm set order synthroid are dermatologist removed, http://www.buzzwerk.com/geda/viagra-australia.php lenses that keeping http://www.cctrockengineering.com/jas/ed-medicine-online.html a. With smelling. With http://www.wrightbrothersconstruction.com/kas/venta-de-viagra.html Preventing the. Application silkeners online pharmacies without prescription throw and locally Impossible generic propecia online off, additional top recommend.

Méditerranée, et agit en étroite coordination avec de nombreux partenaires comme le Conservatoire du Littoral et l’Agence des Aires Marines Protégées.

En effet, jusqu’à présent, un seul Parc National français – celui de Port-Cros, créé en 1963 – concernait cet espace fragile qu’est la Méditerranée, haut-lieu de biodiversité, mais dont la spécificité de mer fermée rend encore plus prégnantes les menaces, et plus urgentes les mesures de protection.

Les recherches et actions menées par le Parc National des Calanques, sur un territoire bien plus vaste que celui de Port Cros, permettront d’enrichir notre connaissance commune des milieux et des patrimoines méditerranéens, de contribuer à en améliorer les pratiques de gestion, et de les diffuser à l’ensemble de la Méditerranée.

Je souhaite que le Parc National des Calanques voulu par la Ville de Marseille soit une incitation pour d’autres grandes métropoles à s’engager dans la préservation de leur patrimoine naturel, de leurs ressources environnementales, et de la biodiversité.

L’aboutissement aujourd’hui de ce long projet, de cette construction commune qu’est le Parc National des Calanques, où chacun de nous a apporté ses espoirs, et sa vision de l’avenir de notre ville, et de notre territoire, me réjouit profondément.

Je suis convaincu que le Parc National des Calanques, au-delà de la préservation du cadre de vie assez magique qu’est celui des marseillais, permettra de faire comprendre à un public toujours plus large que notre qualité de vie à tous, et au-delà, l’avenir de la terre, passe par une gestion raisonnée, durable, et équilibrée de son environnement.

Laisser un commentaire