Vacance de pouvoir au Conseil Général

Vendredi dernier, nous avons vécu notre première séance publique du Conseil Général sous présidence déléguée… sur le papier !

En raison du retrait du président en titre Jean-Noël GUERINI, Daniel CONTE présidait la séance. Elle fut brouillonne, se déroula dans une ambiance lourde de sous-entendus et, surtout, a révélé le côté malsain d’un pouvoir caché derrière la porte de chaque réunion. (voir La Provence)

Si les décisions doivent être pensées de manière collégiale, le pouvoir dans une collectivité locale, dans une entreprise ou dans toute autre organisation ne s’exerce pas durablement par intérim et par des oukazes secrets, tels que nous les constatons au Conseil Général.

Il en résulte des conflits d’influences, de l’incertitude et du flottement, qui, finalement, paralysent l’action du Conseil Général, nuisent à sa crédibilité auprès de l’Etat et des autres collectivités et discréditent l’ensemble des conseillers généraux auprès de la population du département. La vacance du pouvoir nuit gravement à la santé de la démocratie.

La politique menée au Conseil Général des Bouches du Rhône est celle d’une majorité, certes socialo-communiste, issue du vote de nos concitoyens. En cela, elle doit être respectée mais nous, au sein du groupe UMP-Avenir du 13, nous avons le devoir de la contester et de nous y opposer.

Vendredi dernier, nous avons rappelé les valeurs qui doivent guider notre engagement politique en demandant que chacun des Conseillers généraux socialistes et communistes se positionne et exprime, clairement, sa volonté de tourner la page de l’ère GUERINI.

Au milieu d’un silence assourdissant, nous avons eu droit à une réaction hallucinante et menaçante de retrait d’une délibération qui concernait l’organisation du prochain Forum Mondial de l’Eau qui se déroulera à Marseille en Mars 2012.

Cette réaction est réellement inquiétante pour l’avenir, avec ou sans Jean-Noël GUERINI. Elle indique, qu’avec ou sans lui, les méthodes ne changeront pas tant elles sont la marque génétique d’une équipe depuis trop longtemps (presque 70 ans) installée aux commandes du Conseil Général.

Un vrai changement est donc nécessaire et indispensable. D’ici 2014, nous aurons l’occasion de mener le combat pour l’alternance à moins que… d’ici là, le poids de leur conscience ne les incite à partir, tous, rendant ainsi salutaire la vacance du pouvoir.

3 commentaires sur “Vacance de pouvoir au Conseil Général”

  1. VICENTE dit :

    le poids de leur conscience ? Je pense qu’ils n’en ont pas ou plus depuis longtemps. Bravo pour cet article

    • Besagne dit :

      Dans cette institution départementale,prise en otage depuis 70 ans par des « personalités » rompues aux méthodes des FTP,il serait bon de faire souffler un air frais de libéralisme,pour ne pas dire de Liberté.
      Mais celà n’est pas du tout dans la maniére de penser et de vivre,de ceux qui tiennent les commandes,ou plutot les tiroirs,et qui ne veulent pas lâcher cette mânne de puissance locale,avec laquelle ils tiennent de maniére ouverte ou occulte,entourage et population dépendante.

Laisser un commentaire