C’est en effet à l’Estaque, entre l’Espace Mistral et les plages de Corbière, que la résurrection du littoral de Marseille sera la plus importante, et emblématique de la transformation de Marseille en Métropole de la Mer.

D’ici 2020, sur ces terrains pollués, en déshérence depuis de longues années, et partir d’un noyau initial, constitué par le DRASSM (Département des Recherches Archéologiques Subaquatiques et Sous-Marines), et le sous-marin le SAGA, vestige du passé glorieux de la Comex, va sortir de terre une « Cité de la Mer », vaste complexe de haut niveau à vocation scientifique, économique et touristique.

Les premiers travaux de dépollution, indispensables à toute installation, ont été initiés il y a une dizaine d’années par les entreprises propriétaires des sites : Sanofi, Retia et Récylex. Représentant des sommes considérables, ils sont désormais quasi achevés, et permettent d’envisager le nouveau visage de l’Estaque avec sérénité.

Dans le même temps, le projet d’un grand centre de la mer, ancré dans ce quartier au passé maritime, a fait son chemin. D’abord évoqué dans le programme électoral de Jean-Claude Gaudin en 2008, comme l’un des 10 projets phare de son mandat, il a été depuis considérablement enrichi par le travail permanent de concertation et les échanges menés sous ma houlette avec l’ensemble des acteurs concernés et l’assentiment des décideurs politiques de toutes sensibilités.

Il a pour objectifs :
– de requalifier le littoral nord de la Ville, actuellement en friche,
– de donner un nouveau souffle au quartier de l’Estaque, emblématique de Marseille à la fin du XIXème siècle, en en faisant une vitrine à l’international de la plongée et de la Méditerranée,
– de créer une dynamique partenariale favorisant l’implantation d’entreprises et de laboratoires de recherche liés à la mer sur ce territoire,
– d’équilibrer l’offre touristique existant à Marseille par la réalisation d’un grand aquarium de rang international et un musée de la plongée et de l’exploration sous-marine.
– d’offrir un lieu de divertissement et de promenade en parallèle au futur Parc National de Calanques, qui verra le jour, en 2012, au sud de la Ville

Une Cité de la Mer, composée de cinq pôles majeurs :

Le scientifique incluant notamment les installations du DRASSM, qui se dote de deux extensions (un Centre d’Etudes et de Conservation et un Pôle International de formation aux pratiques de l’archéologie sous-marine), la station marine de l’Observatoire des Sciences de l’Univers PYTHAS, la base fonctionnelle du projet Sea Orbiter,

La formation aux pratiques et aux métiers du monde sous-marin,

L’activité économique de haute technologie et d’ingénierie, regroupant des entreprises spécialisées. Une assistance apportée par le Pôle Mer PACA, doté d’un excellent réseau partenarial, permettra d’y favoriser l’implantation d’entreprises en lien avec la mer, et créera les conditions d’une mutualisation et d’une mise en synergie fructueuse entre ces structures.

Les loisirs avec un aquarium de rang international associé à un espace muséal destiné au grand public et à la recherche scientifique. Cet aquarium pourrait accueillir la réplique d’une épave antique que les experts du DRASSM utiliseraient pour la formation des stagiaires aux techniques de l’archéologie sous-marine, participant ainsi à l’animation de cet espace grand public. Quant au musée, il s’articulerait autour des collections du DRASSM, qui possède dans ses réserves des milliers d’amphores et d’objets récupérés depuis 45 ans sur les épaves immergées, ainsi qu’autour des engins conçus au fil du temps par la Comex et l’Ifremer pour l’exploration et l’exploitation des ressources sous-marines.

Un pôle associatif lié à la mer, regroupant le siège du Festival Mondial de l’Image Sous-Marine, et de nombreuses associations travaillant en lien avec la mer.

La cité de la mer s’inscrira au sein d’un projet urbain global et diversifié, intégré au tissu urbain et socio-économique existant, et en lien fonctionnel avec le site portuaire de Saumaty.

Sur ce site également requalifié seront créés :
une cale de mise à l’eau de niveau régional, réalisée avec le soutien financier possible de la Région Provence Alpes Côte d’Azur, comportant des services associés (parkings et stockage des attelages, aires de préparation, aire de détente, douches, toilettes, points d’eau « rinçage », station essence, vestiaires, poste électrique, éclairage, etc.). et assurant en moyenne 15 000 sorties par an,
– ainsi que de nouvelles places à flot pour des bateaux, permettant de décongestionner le Vieux Port qui, je l’espère, pourra se doter ainsi d’un véritable espace événementiel réservé aux grandes manifestations nautiques.

Le projet développé par la Ville en rade Nord sera l’occasion de restaurer l’accès à la mer pour l’ensemble des populations du Nord de Marseille. La cité de la mer en sera un élément majeur, avec le doublement des plages de Corbière.

La renaissance du littoral Nord de Marseille constituera, avec le réaménagement du Vieux Port et des Catalans au centre ville, et les nouvelles fonctionnalités nautiques et balnéaires qui seront proposées sur les plages du Prado et de la Pointe Rouge, l’un des 3 grands pôles de revitalisation du littoral marseillais dans les 10 années à venir.

Elle constituera l’un des éléments les plus emblématiques de la mise en œuvre de la politique municipale de la mer et du littoral, adoptée en décembre dernier par la Ville qui a l’ambition de devenir une véritable Métropole de la Mer.

Cette politique, dont l’enjeu central est le développement de l’image et de la fonction maritimes de Marseille sur la scène internationale sera dotée d’au minimum 100 Millions d’euros ; sur ces 100 Millions, 68,5 millions d’euros ont déjà été débloqués.

Mais le travail du politique ne s’arrête pas là, et après avoir obtenu les moyens, et fédéré les bonnes volontés et les enthousiasmes, je m’attaque désormais – avec les équipes de techniciens concernés – à la définition et à la mise en œuvre de l’ensemble des ces projets, dont les premières réalisations devraient voir le jour dès 2014.

7 commentaires sur “Cap au Nord pour implanter la future Cité de la Mer”

  1. chanaleilles dit :

    C’est un très beau projet, pour les marseillais et pour attirer dans notre ville investissements, entreprise et touristes.
    Il était temps que Marseille valorise sa position littorale, et fasse de nouveau rêver…

  2. didier robert dit :

    Des pôles d’excellence proche des quartiers nord de quoi tirer tout le monde vers le haut. Bravo

  3. anita SARXIAN dit :

    Magnifique hier soir 4 octobre votre intervention de grande qualité sur FRANCE 3

  4. reveur dit :

    Enfin un projet ambitieux et global.
    Pour être complet il faut dire que Monsieur Jean Claude GAUDIN avait promis pendant sa campagne électorale que le Marseillais revérait la mer. Ce fut réalisé.
    D’autres nous avaient promis la propreté de Marseille mais nous sommes tombés dans les ordures !!!

  5. […] projets structurants la création d’un « Technopôle de la mer » en rade nord la 2ème phase de l’opération Récifs […]

  6. Du travail d orfevre, merci pour ce bon plaisir.

Laisser un commentaire